Petite méthode pour changer le monde

Ce matin, je prends le temps d’analyser mon blogue et je suis déçue. Désenchantement de constater que mes attentes sont probablement irréalistes, observation qu’elles se révèlent être bien plus ambitieuses que je ne me le faisais croire au départ.

Au point où j’aurais envie d’arrêter.

Je croyais bêtement que j’écrivais pour moi, sans me soucier de l’audience. « Exprime ce que tu es réellement, et tu changeras ainsi (un peu) le monde par ton empreinte », que je me suis laissée croire, dans toute ma candeur. Cette empreinte, ne serait-ce que la possibilité de fixer quelque part mes réflexions pour pouvoir les observer moi-même évoluer.

Ouais, un journal personnel dans un cahier ferait l’affaire. Mais cette option n’a pas l’incommensurable avantage du partage des idées.

J’ai donc posé mes doigts sur mon clavier et cliqueté tout ce qui avait envie de sortir. Et il y a toutes ces choses encore que je n’ai simplement pas eu le temps d’écrire et qui attendent sur des brouillons que je les peaufine, que je complète ma réflexion. Elles s’accumulent dans un dossier.

Mais ce matin, je ne peux m’accrocher à cette louable envolée d’intentions expressives et je regarde pragmatiquement les chiffres. La seule chose qui aura contribué au succès relativement fulgurant de ce blogue, c’est la comète Elenin. Et puisqu’elle est moribonde, on ne va pas la ressusciter juste pour les statistiques de lecture, hein ! (Oui oui, j’en ai vu qui font ça)

Le reste de ce que j’écris n’est pas ou peu lu. Alors…à quoi bon ? C’est un de ces jours où on doute de soi. (Ce que j’écris est peut-être juste mauvais aussi ).

Je suis forcée de constater ce matin que la motivation d’avoir créé ce lieu virtuel tient à deux forces. La première, celle de l’expression et la seconde, celle de l’optimisation.

Mon ambition dans tout, c’est vouloir « que ça marche » et mettre tout en œuvre pour « que ça marche ». Je ne connais pas grand chose à l’optimisation pour les moteurs de recherche (SEO), ni à la création de sites Web mais j’ai eu envie d’apprendre. C’est ici une excellente occasion d’avoir les deux mains dedans et d’expérimenter.

Sauf que mes deux sources de motivations pour la création de ce lieu semblent ne pas très bien cohabiter (en moi en tous cas). J’en viendrais à faire des compromis sur le contenu, dénaturer ce que je pense pour avoir de meilleures statistiques ?

Il y a une chose qui est certaine et éprouvée; ce qui vend, c’est ce qui va mal, la peur et l’indignation. On n’attire pas les masses avec de l’espoir. Et moi, c’est précisément ce que j’ai envie de transmettre, cette farouche volonté d’améliorer le sort du monde.  C’est sans doute une extension de mon caractère ou l’expression fondamentale de ce que je suis.

Alors j’ai décidé de virer les stratégies SEO et de ne plus succomber à la cupide recherche des statistiques montantes. Je me concentrerai sur l’intention première qui a motivé la création de ce lieu virtuel.

Voilà, c’est un peu comme ça la Vie, je crois. Un jeu de désirs et de motivations qui vont parfois à l’encontre de notre vraie nature et qui créent des conflits internes, au point où on en perd le sens de ce qu’on fait, de ce qu’on est.

Être créateur de sa réalité, c’est probablement être à l’écoute (honnête et humble) de ses motivations profondes et les mettre en œuvre quitte à aller à contre-courant d’un monde de performance pour servir le progrès infini.

On se fiche des palmarès (ouais, faudra que je me répète ça comme un mantra pendant ma désintox). Je ne veux plus vivre ce sentiment de déception que j’ai ressenti ce matin avant d’écrire ces lignes. Mise au point faite, je retrouve le sens de ce que je fais ici, et la satisfaction qui vient avec.  Je viens de  changer mon monde juste en déplaçant mon point de vue.

Publicités

Publié le 17 octobre 2011, dans Vie du blogue, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 13 Commentaires.

  1. J’ai retrouvé des échos à mes propres interrogations. Quiconque crée est en proie à un moment ou un autre à pareil questionnement.
    Il est légitime car qui écrit pour ne pas être lu ? Qui n’a pas envie de trouver ses lecteurs, et les espérer en nombre suffisant pour combler ses attentes ?
    Tu as raison de revenir à l’intention première, c’est en réitérant cette volonté, en étant fidèle à son esprit que petit à petit se forge un sillon dans lequel vient se poser la graine qui germera le temps venu.
    Cette farouche volonté d’améliorer le sort du monde te met en lien, peut-être encore dans l’invisible, avec celles et ceux qui partagent cet élan.
    Tôt ou tard ils viendront emprunter le chemin que tu traces.
    Je viens de m’inscrire à ta newsletter.
    A bientôt et bonne continuation.

    • Chic Planète

      Bienvenue cher Konrad.

      Si tu trouves des échos ici, sache que j’en trouve régulièrement chez toi. Je me permets de mettre un lien vers un article de ton blogue qui aura aussi enrichi ma réflexion à ce sujet.

      Et merci de t’inscrire à ma newsletter ! C’est effectivement une façon fort efficace de dire à un blogueur qu’on apprécie le partage de ses idées. Alors idem pour moi…quoique je passais te lire régulièrement de toutes façons 😉 C’est vrai que cette liste de loyaux lecteurs, ça fait une différence les gros jours de doute !

  2. Si je puis me permettre, je crois qu’il existe des phases de trouble, de doute et de découragement dans tous les processus de création et ce, peu importe le domaine… C’est tristement et bêtement normal.

    Mais parfois un simple mot, un feedback quelconque de la part d’un auditeur, et tout se renouvelle, on fais un petit bilan et on recommence, avec peut-être moins d’illusion mais avec une conscience et une motivation intacte…

    J’aimerais tellement trouver les bons mots parfois…. (Il est vrai que j’ai infiniment plus de talent dans l’humour douteux mais qu’importe)…

    Don’t give up!!! C’est un ordre!!! 🙂

    • Chic Planète

      Ouais ben on est loin des vidéos de Lady Agagace…C’est beau la simplicité.

      C’est sûrement l’expérience qui parle, Orox le supramultitalentueux.

      Et ton humour douteux me fait vraiment et franchement rigoler. Est-ce à dire que je n’ai aucun goût ? 😉

      I’ll never surrender, promis. Merci mon ami.

  3. Pour changer un peu « de la peur et de l’indignation », la chanson d’une maman que je trouve magnifique :

    Bonne écoute !

    • Chic Planète

      Joli en effet. C’est plein de promesse. Ça donne envie de dépoussiérer les cassettes VHS. Parce que malheureusement, ça se gâte avec le temps… 😉

  4. Pour se gâter… mdr ! Mais si nous tenions NOS promesses, ça se gâterait sûrement moins vite avec nos ados ! Imaginez avoir 16 ou 17 ans actuellement, hein ? Ce monde n’est-il pas merveilleux, rempli d’espérances diverses et variées ? De lendemains qui chantent ? Hissons la voile, le coeur joyeux devant tant de miel et de pétr… lait !!! Ok, je sors…

    • Chic Planète

      Ben, j’ai un exemplaire de ce modèle à la maison, et il n’a pas du tout cette perception pessimiste du monde pour le moment. Ça viendra, sans doute…quand il découvrira qu’il y a un monde autour de lui. Mais j’espère qu’avec l’éducation qu’il reçoit, il sera capable de faire face et de se sentir acteur de changement plutôt que victime d’un monde pourri. C’était pas si HS, votre commentaire, Ampipeline. Pas besoin de sortir !

  5. Un coup de blues … ? Surtout ne pas arrêter car l’expression sous toutes ses formes est une part de soi même. Les statistiques sont les chatouillis de l’égo. Peu importe le nombre de visite, le plus important c’est de se faire plaisir dans ce monde de déplaisir. Il y a toujours quelqu’un à l’autre bout de la ligne que l’on titille ou questionne. L’écriture dans un blog, c’est comme en pédagogie, on ne connait jamais la portée de nos paroles, de nos gestes, de nos actes. Tout cela peut parfois être salvateur pour d’autres.
    Allez, bon courage même si la cadence n’y est plus pour le moment.
    R-anses
    Photoslow

    • Chic Planète

      Surtout ne pas arrêter car l’expression sous toutes ses formes est une part de soi même.

      Vous avez raison de me le rappeler 😉 C’est exactement le sens de ce blogue.

      C’est vrai que la cadence n’y est pas actuellement, et je comprends que ça puisse laisser supposer que je me suis figée dans ce moment de doute. Pourtant, il n’en est rien. J’ai simplement peu de temps à consacrer à Chic Planète. Actuellement, je vis une période très intense professionnellement…beaucoup de beaux projets se présentent et je crois sincèrement qu’une des raisons pour lesquelles les « astres s’alignent » c’est que je les ai effectivement « alignés ». Écrire ici fait certainement partie de la démarche globale de cohérence. C’est très drôle que ça arrive précisément à ce moment où j’exprimais un doute; ça me fait sourire en tous cas.

      Disons que j’applique la même médecine à mes affaires qu’à mon blogue: authenticité. Les résultats s’en suivent sans qu’on ait trop à s’en occuper. Probablement que si les dirigeants du monde entier utilisaient cette attitude, plutôt que d’écouter leur cupidité, ça tournerait plus rond ? Il y a un peu de cela dans mon message, je crois. Changer le monde en déplaçant son propre point de vue; c’est étonnamment efficace.

      Et vous ne savez pas à quel point les petits mots d’encouragement sont efficaces aussi. Merci.

  6. Bonjour,
    Pour les bons moments de replis sur soi-même, le livre « Du désir au plaisir de changer: comprendre et provoquer le changement » de Françoise Kourilsky chez Dunod est un excellent antidote au marasme ambiant.
    Bon vent,
    R-anses
    Photoslow

    • Excellente suggestion, très à propos. Merci.

      Pour un avant goût:
      http://youtu.be/Z76dPgzQUQ0 (entrevue d’env. 9 minutes)

      À courte vue (je n’en connais que la vidéo que je cite):
      Ce qui me fait un peu rigoler quand même, c’est qu’elle utilise des termes très technocrates (gestion de l’immatériel !) pour exprimer des notions qu’on pourrait qualifier de « spirituelles ». On parle de développement de valeurs et de compétences personnelles, ici, comme l’empathie par exemple. Mais sans doute que pour pénétrer le monde des affaires, il faut utiliser le dialecte courant afin d’être compris. 🙂

      Il est temps que l’humain reprenne le pouvoir sur les corporations, dixit moi-même.

  1. Pingback: exprimer son ressenti | Pearltrees

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :